Visite

Le musée est grand, les collections sont riches et d’une grande variété : costumes, objets cultuels, œuvres d’art, manuscrits, textes… Il accorde une place privilégiée à l’histoire des juifs en France et présente également les communautés d’Europe et d’Afrique du Nord. Si l’on n’est pas familier avec l’histoire et les traditions juives, l’audioguide s’avère bien utile, notamment pour comprendre l’histoire et le judaïsme présentés au premier étage.

Au 2ème étage, sont situées des salles fort intéressantes sur la création de l’Etat d’Israël, sur les artistes juifs dans l’art moderne et contemporain, Soutine, Chagall… ainsi qu’une création de Boltanski (installée au rez-de-chaussée), exposition de très beaux costumes traditionnels et de cérémonie…

Collections

Le musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme est le successeur du musée d’Art juif de Paris, créé en 1948. Les premiers fonds de ce musée furent constitués par un reversement d’objets de culte effectué en 1951 par l’organisation américaine Jewish Restitution Successor Organization. L’autre fonds constitutif provient du musée national du Moyen Âge (musée de Cluny) avec notamment la collection réunie par Isaac Strauss, un Juif d’origine alsacienne né à Strasbourg en 1806.

Ces fonds ont été complétés par des objets et des œuvres provenant du Centre Pompidou (oeuvres du XXème siècle de Chagall, Soutine, Lipchitz, Modigliani…), du musée du Louvre, du musée d’Orsay, du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, du musée de la Céramique de Sèvres et du musée Carnavalet (Stèles funéraires des cimetières parisiens du XIIème au XIVème siècle complétant celles provenant du Musée du Moyen Age)..

Le musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme continue d’enrichir ces fonds depuis sa création en 1988, en privilégiant l’histoire des Juifs en France, l’art cultuel, l’ethnographie ainsi que des oeuvres d’artistes juifs moderne et contemporain (Marc Chagall, Jacques Lipchitz, Chaïm Soutine, Christian Boltanski…).

Expositions temporaires

Plusieurs expositions temporaires sont organisées chaque année sur des thèmes variés.

Citons parmi les dernières :  « Les mondes de Gotlib » du 12 mars au 27 juillet 2014 ; « Roman Vishniac De Berlin à New York, 1920-1975 » du 17 septembre 2014 au 25 janvier 2015 ;  « Magie. Anges et démons dans la tradition juive » du 4 mars au 19 juillet 2015. « Moïse – Figures d’un prophète » du 14 octobre 2015 au 21 février 2016 ; Du 15 février au 23 octobre 2016 : Michel Nedjar, Présences. Petit-fils d’une chiffonnière des Puces, fils d’un tailleur, Michel Nedjar fabrique, dès l’enfance, des poupées de chiffons qu’il enterre. La découverte de « Nuit et Brouillard », d’Alain Resnais, agit sur lui comme une déflagration. L’artiste a choisi, pour l’exposition, des dessins à l’acrylique, au pastel, des masques, des poupées constituées de tissus récupérés. Du 28 septembre 2016 au 29 janvier 2017 : Exposition Arnold Schönberg, peindre l’âme. Compositeur, théoricien et enseignant, poète, peintre, chef de file de la Seconde École de Vienne, inventeur du dodécaphonisme, Arnold Schönberg (1874-1951) fut un des grands créateurs du XXe siècle.
Du mardi 6 décembre 2016 jusqu’au dimanche 28 mai 2017 : exposition « Ô vous, frères humains » Luz dessine Albert Cohen.

Du mercredi 17 mai au dimanche 19 novembre 2017 : Charlemagne Palestine
Du jeudi 29 juin 2017 au dimanche 28 janvier 2018 : Héritage inespéré. Une découverte archéologique en Alsace
Du mercredi 27 septembre 2017 jusqu’au dimanche 4 mars 2018 : René Goscinny. Au-delà du rire

Du 7 mars 2018 au 13 janvier 2019 : Hommage aux donateurs. À l’occasion de son vingtième anniversaire, le mahJ met à l’honneur une centaine de donateurs dans le parcours permanent et le foyer de l’auditorium.

Du 11 avril au 26 août 2018 : Helmar Lerski. Pionnier de la lumière
Le mahJ présente la première rétrospective consacrée en France au photographe et cinéaste Helmar Lerski (1871-1956).

Du 10 octobre 2018 au 10 février 2019 : Sigmund Freud. Dur regard à l’écoute
A l’occasion des vingt ans du mahJ, est présentée la première exposition sur Sigmund Freud (1856-1939) en France. Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, dont des œuvres majeures de Gustave Courbet (L’Origine du monde), Oskar Kokoschka, Mark Rothko ou Egon Schiele, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

Site et architecture du musée

Le musée occupe l’hôtel de Saint-Aignan construit par Pierre Le Muet entre 1645 et 1650, pour le Comte d’Avaux, surintendant des finances de Mazarin. Le Nôtre est sollicité pour redessiner un jardin à la française. Il a été acquis par le duc de Saint-Aignan en 1668.

L’hôtel de Saint-Aignan a été racheté par la Ville de Paris en 1962 et affecté aux Archives de Paris après avoir été restauré.

En 1986, à l’initiative de Jacques Chirac, maire de Paris, l’hôtel de Saint-Aignan est affecté à l’installation d’un musée consacré à la civilisation juive : le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Une nouvelle restauration commence alors en 1991, sous la direction de Bernard Fonquernie, architecte en chef des Monuments historiques.

Aux alentours du musée

Le quartier est l’un des plus fournis en musées : musée Carnavalet, musée Cognacq-Jay, musée de la Chasse et de la Nature, musée des Arts et Métiers, musée Picasso, maison Victor Hugo, Centre Georges Pompidou, musée de la Magie, Mémorial du martyr juif, les Archives Nationales…