Expositions temporaires

Du 6 novembre au 19 décembre 2020 : “D’un confinement à l’autre, 4ème édition du festival Visions d’exil… suspendue à 48h de son lancement.
Retrouvez en ligne, sur le site web du Festival , les projets pour lesquels les artistes ont travaillé : installations, performances, concerts live, immersions dans l’atelier des artistes en exil, et diffusion de documents d’archives.

Expositions passées
Du 25 janvier au 11 avril 2019 : Wilting point de WILLIAM DANIELS
Du 27 avril au 2 janvier 2019 : Willy Ronis par Willy Ronis. Exposition présentant près de 200 photos, avec une série de 6 albums, des films et des vidéos du grand photographe Willy Ronis (1910 – 2009).
Du 2 février au 31 mars 2018 : MeMo. Une exposition consacrée au Hip-Hop, en partenariat avec le centre culturel parisien La Place et l’association RStyle qui présente pour la première fois son fonds d’archives.

Le mur d’art urbain : Le Pavillon Carré de Baudoin, c’est aussi un mur de 50 mètres de long dédié à l’art urbain. Il fait l’objet d’une programmation confiée à l’association Art Azoï.

Activités culturelles

Chaque année, la Mairie du 20ème et l’association Paris Culture 20 proposent des conférences gratuites qui se déroulent au Pavillon Carré de Baudoin, dans le cadre des Invitations aux Arts et Aux Savoirs.

Site et architecture du musée

Situé à l’angle de la rue des Pyrénées et de la rue de Ménilmontant, le pavillon Carré de Baudouin est une « folie » construite au XVIIIe siècle pour servir de lieu de plaisir, de fêtes et de villégiature.

Sa construction a été réalisée en plusieurs étapes au XVIIIe siècle, et c’est en 1770 que Nicolas Carré de Baudouin hérite du bâtiment, auquel il va donner son nom. Le pavillon devient par la suite la propriété de la famille de Goncourt, et les célèbres frères Jules et Edmond décrivent , ce « lieu enchanteur » dans le Journal de leurs souvenirs de jeunesse.

En 1836, une autre période s’ouvre avec l’arrivée sur les lieux des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, qui y fondent l’Asile des Petits Orphelins. Après que les sœurs ont annoncé en 1992 leur intention de vendre la propriété, le pavillon est racheté par la Ville de Paris en 2003, sous l’impulsion de la municipalité du 20e arrondissement.

Cet espace culturel est géré administrativement et artistiquement par la mairie du 20e.