Visite de l'exposition

Assez peu connu du grand public, Jean Fautrier (1898-1964) est considéré comme un précurseur de l’art informel en 1928, inventeur de la technique des hautes pâtes vers 1940.

Dans ses séries – Otages (1943-1945), Objets (1955), Nus (1956), Partisans (1957) – les effets de matière deviennent le sujet principal de l’oeuvre. Jean Fautrier utilise une peinture à la colle qui mêle les masses de pigments aux encres transparentes ou opaques, créant ainsi des textures et  des empâtements variés.

L’exposition reprend la rétrospective Jean Fautrier, qui a eu lieu cet été au Kunstmuseum de Winterthur (Suisse), complétée des oeuvres du Musée d’Art moderne (MAM), de plusieurs musées français et de collections privées. Elle est composée d’environ 200 oeuvres – dont près de 160 tableaux, dessins et gravures, ainsi qu’un ensemble de sculptures.
L’exposition comprend la quasi-totalité de la donation faite par l’artiste au MAM, qui dispose du plus important fonds Fautrier dans les collections muséales, avec plus de 60 oeuvres.

Aux alentours de l'exposition